C’était il y a deux jours dans le très beau et très majestueux Koko de Camden Town que j’ai eu la chance de voir se produire l’artiste aux multiples talents Childish Gambino. Donald Glover de son vrai nom, est un personnage qu’on ne peux plus rater. On a pu apprécier son talent de comédien dans des séries comme Community ou 30 Rock, suivi d’une apparition dans la série Girls de Lena Dunham puis dans plusieurs courts métrages qu’il a lui même écrit et réalisé, mettant en scène son entourage dont fait partie le talentueux producteur Flying Lotus.

Donald ‘Childish Gambino’ Glover est un performer, un showman. Il donne tout et on en prend plein la tête. Sa musique peut être qualifiée de commerciale et son rap plus pop que hip hop, Childish Gambino n’en reste pas moins un très bon musicien, rappeur et chanteur. Créatif, multi-instrumentiste, il puise son inspiration dans l’observation de son environnement (son album s’intitule Because The Internet), se laisse influencer et influence à son tour. Il a déjà collaboré avec Leona Lewis, puis récemment avec Chance The Rapper et Jhené Aiko artistes HipHop/R&B à suivre également.

Si vous n’avez pas eu la chance de voir sa performance au Grand Journal vendredi soir, prenez quelques  minutes le temps de vous imaginez ce que pourrez être un de ses concerts.

childishgambino_itinerairebis_grandjournal_canalplus

childishgambino_itinerairebis_grandjournal_canalplus

Childish Gambino – ‘3005’ au Grand Journal 

Évidemment, il reste une grande difference à noter: la foule. Le public ici était en symbiose avec lui. Un pur délire!

Des fans de la première heure, venus chanter en coeur ses vieux tubes ainsi que ses nouvelles perles. De ‘Heartbeat’ à ‘3005′ en passant par ‘Crawl’ ou encore ‘The Longest Text Message Ever’ et ‘Sweatpants’, il nous a offert à peine une heure (petite deception) d’un live dont on ressort assez excité. Sa musique: un son apparenté à de la soul légèrement électro qui rend son univers très mystique, vibrant mais aussi doux et assez poétique.

On arrive très vite à le comparer à Kanye West pour son flow mais surtout à Drake pour son agilité à mêler chant et rap. On salut la performance quand bien même. Pour nous rassurer Donald Glover nous rappelle sans cesse qu’il ne joue qu’un rôle et en effet le comédien vêtu assez singulièrement ne se prend pas du tout au sérieux, profitant de la scène comme une nouvelle occasion de partager sa passion pour la musique.

Il jouera à Paris au Trabendo ce lundi soir et à Bruxelles le 13 Février avant de repartir aux US pour achever sa tournée.

Un artiste à ne pas lâcher, absolument pas!

#retour #2011

%d blogueurs aiment cette page :