10612981_10152697236304749_3770843539904465241_n

Gui Boratto

Originaire de São Paulo, Gui Boratto excelle aujourd’hui dans l’art de relier les sonorités colorées sud-américaines en y gardant les influences électroniques européennes. Une véritable prouesse quand on connait les codes musicaux de chacune des deux cultures.

Sortie le 29 septembre dernier, et après une Release Party grandiose au Zig Zag, son nouvel album Abaporu est un voyage captivant, une téléportation soudaine de l’esprit vers l’univers rythmé et coloré de l’artiste.

Gui Boratto est l’un de ces artistes qui ne laissent jamais indifférent, magnant le groove comme personne pour nous faire bouger à l’infini.

10551479_10152700492669749_7916469658747731174_o

Après Chromophobia sortie en 2007, ce nouvel album sonne comme une consécration aux yeux du monde, notamment du public électro européen de plus en plus pointilleux et gourmand en sonorités nouvelles. Un mélange subtile entre musique et danse que l’on nomme le groove (on en parlait il y a peu avec le Djoon).

Directement inspirés du tableau “Abaporu” du célèbre peintre moderne brésilienne Tarsila Do Amaral, il dessine la riche histoire de l’art moderne Brésilien, là où l’influence des indigènes et des européens a créé une collision artistique des plus excitantes.

Cet album élégant et dansant de 14 titres, s’ouvre avec ANTROPOFAGIA, qui fait directement référence au “Manifesto Antropógafo” (traduit “Cannibal Manifesto”) d’Oswald De Andrade. Le mari de Tarsila était un fervent défenseur du fameux Mouvement Anthropophagique, qui consistait à dévorer littéralement la culture européenne pour qu’elle devienne véritablement Brésilienne.

Contrairement à la culture nationale, la culture électronique brésilienne, incarnée par Gui Boratto, a une belle carte à jouer sur le Vieux Continent. La mondialisation des phénomènes rendant la tâche plus aisée, l’artiste brésilien peut conquérir les âmes et les coeurs des noctambules européens avec son groove et ses sonorités kitsches accrocheuses, surtout en temps de crise.

Abaporu est déjà un classique, une course renversante, un ascenseur émotionnel idéal pour se déhancher en soirées ou tout seul avec ses écouteurs. Les 14 titres de l’album se valent et s’enchaînent à la perfection, signe que l’album est une réussite, pour ItinéraireBis en tout cas.

Tracklisting

1. Antropofagia
2. Joker
3. Please Don’t Take Me Home
4. Get the Party Started
5. Abaporu
6. 22
7. Take Control
8. Indigo
9. Manifesto
10. Wait For Me
11. Where I Belong
12. Too Late
13. Palin Dromo
14. Taxidermia

Abaporu disponible sur:

Beatport http://btprt.dj/1ywzFNL
iTunes http://bit.ly/1sJSOZX
Bleep http://bit.ly/1rxpIdK
Whatpeopleplay http://bit.ly/1mFWMQE
Juno http://bit.ly/Zk6mOX
Boomkat http://bit.ly/1CAaU1J
Traxsource http://bit.ly/1qNzSSs
Deezer http://bit.ly/1vpemYY
Spotify http://spoti.fi/1xtE8PU
Google play http://bit.ly/1wQzicn
Wimp http://bit.ly/1taS5vh

Suivre Gui Boratto

Site officielFacebookTwitterYoutubeInstagramSoundcloud