11059853_1250287931663918_1837746862841782785_o

Il le jurait sur Resident Advisor il y a un an, Danilo Plessow (aka Motor City Drum Ensemble) a ralenti les shows et prend du temps pour lui. De passage à Paris pour la troisième fois de l’année, l’étoile montante de la House semble se faire mentir. A seulement 28 ans, MCDE est devenu une référence incontestée sur la scène internationale et enchaine les dates à travers l’Europe.

C’est donc aux cotés de Marcos Dos Santos et DJ Rahaan que le crew de Calvi on the Rocks avait décidé de le programmer. Si le club du palais de Tokyo a incontestablement diversifié sa programmation au profit d’une orientation plus underground, la population demeure habituellement plus portée sur les magnums de vodka que sur les transitions du mec aux platines. Les préjugés sont tenaces et on doit bien reconnaître qu’on a été très agréablement surpris. Pour accueillir le co-patron (Avec Pablo Valentino) du label MCDE, la population du YOYO avait mué au profit d’une foule de danseurs compacte, attentive et chauffée par le set de l’excellent DJ Rahaan.

Lorsqu’avec un peu de retard Danilo pose ses premiers disques sur les technics du YOYO, le club est plein à craquer et l’excitation est à son comble. Comme lors de son passage au Weather cet été, MCDE n’a déçu personne. Alternant House des années 80, techno de Detroit, influences hip-hop et soulful house new-yorkaise, MCDE livre une partition sans fausse note.

Dans ce set de plus de deux heures, le digger hors pair nous aura lâché le fameux Edit de James Brown réalisé par Underdog, Pyramid de Instra:Mental, le très célèbre Dance Freack de Chain Reaction ou encore I need love de Capricorn. Mais c’est le passage de moTP de Inner Sens qui nous a le plus marqué. Une bonne partie de la salle reconnaît et salue le track signé sur le label du grand pote de MCDE : Jeremy Underground. Les deux compères sont les artisans de la promotion d’une house à la fois groovy et musclée. On notera également le passage de KL 2036, ce track de Laurent Garnier justement signe sur le label de Danilo, preuve supplémentaire de la reconnaissance de son talent par les plus grands de la scène underground.

Après un b2b improvisé avec MCDE, Macos Dos Santos a parfaitement conclu la soirée sur des notes technos, aux BPM plus prononcés. Soirée parfaite donc, dans un club à l’architecture et l’agencement millimétré et – pour l’occasion – au public entièrement dévoué à la musique.


Report by Simon Martin-Gousset / ItinéraireBis