Après nous avoir dévoilé une belle programmation pour cette quatrième édition au Parc Floral de Vincennes, il est tant de revenir sur les moments magiques qui ont rythmé notre festival.

13770306_1111187988935808_3779391828469537506_n


Jour 1


Une fois arrivée sur les lieux, l’entrée est fluide et l’on découvre une configuration du lieu pour le moins sympathique. Même si on peut se retrouver rapidement perdu entre les deux hangars qui se ressemblent fortement. Arrivée aux alentours de 23h, c’est Helena Hauff qui ouvre le bal avec un set puissant.Choix étonnant puisque après cette mise en jambe c’est Pantha du Prince en live qui prends le relais. L’artiste nous transporte dans son univers, planant et mélancolique à la fois. Puis la performance de Function fais vite remonter la température et sa techno aussi mental que profonde nous laisse sans voix et notre esprit lâche prise. Raresh, un des piliers de RPR, nous calmes ensuite avec sa Micro House roumaine avant de laisser place à la tempête alliant puissance profondeur et technique : Rødhäd B2B faki, qui clôture ce jour 1 et nous donne un avant-goût pour les prochains jours.


13729178_1111125612275379_18480718656034721_n


13707765_1111186455602628_5634130343933189276_n


Jour 2


Le deuxième jour c’est Laurent Garnier, la french touch, qui ouvre le bal. Alors qu’on avait l’habitude de voir “le papa de la techno” en closing (Peacock, Sonar, Time Warp), celui-ci a fait le pari risqué de débuter son set à 20h. Grand bonheur pour ses vrais fans qui ont eu plus de place pour danser et apprécier son set la salle s’est finalement remplie assez rapidement. Comme à son habitude, on retrouve divers registres dans son set, de quoi convaincre les plus indécis. Une fois le public mis en jambe c’est David August qui prendra le relais mais malheureusement la pression va vite redescendre puisque le rythme ne sera pas du tout le même. Même si l’artiste a su capter l’attention de certain, avec une montée en puissance au fil de son live, il est clair que celui-ci n’est pas le plus marquant pour nous, d’autant plus qu’il y a eu plusieurs coupures entre les morceaux. Robert Hood Aka Floorplan, nous transporte dans les églises Afro-américaine avec sa techno gospel toujours aussi chantante et dansante un set trop court ( 2h – oui toujours plus de Robert Hood ) Puis le closing de Maceo Plex, avec tous les festivaliers qui enchaîneront en rythme jusqu’au dernier Kik de ce deuxième jour.


13770507_1111186668935940_8792971258484667364_n


Finalement la majorité du public ressort avec le sourire de cette édition. Bonne programmation avec pas mal de live où chaque artiste a pu nous transporter dans son univers, tout cela dans une bonne ambiance… Peut-être une petite déception avec l’heure de fin qui reste assez tôt pour un festival de cette envergure (7h). On notera malgré tout un point négatif: le réglage du son, notamment le deuxième jour. Vendredi, pendant le set de Laurent Garnier, où le brouhaha environnant était parfois plus fort que le set de l’artiste lui-même. Dommage, car autrement, la Peacock et la team We Love Art avait presque fait un sans faute.


Quelques tracks qui nous ont marqué


FOUR TET



SVEN VÂTH



TALE OF US



TALE OF US (Closing)



HELENA HAUFF



Crédits photos: Jacob Khrist