Samedi dernier se tenait la soirée de la rentrée, on prend l’habitude de ce rendez-vous annuel de retour de vacances que nos chéries de chez Surprize nous confectionnent avec amour. Contacté par la SNCF, ils nous proposent ce coup-ci d’investir la gare Saint-Lazard pour un line up 100% house française. Retour sur cette nuit bien urbaine pour la Hors-Série #1 du 3 septembre.


13717443_10153870908968022_6854539408839385191_o


Après un court passage sur un tekos en région rouennaise, un before with a view imprenable sur tout Paris du haut de la butte Montmartre, nous arrivons en équipe sur le parvis de notre gare normande où la sécurité, état d’urgence oblige, est omniprésente. Quelques revendeurs de billets font monter les enchères, mais c’est le précieux sésame bien en main que nous arrivons directement dans l’enceinte du hall principale.


#apollonia vs #sncf #horsserie #garesaintlazare

A post shared by Romain P (@verballkint) on

 


En arrivant par le fond, nous découvrons une salle métamorphosée pour l’occasion, Mézigue, duquel j’attendais un set versatile entre disco house de bistro et g-funk surpitchée, diffuse une house plutôt classique et ronde mais résonnant confortablement sous la verrière.

Ma première remarque est de penser que les jeux de lights auraient pu être mieux fournis et sophistiqués mais la démarche est apparemment de plutôt mettre en valeur l’architecture de l’édifice, ce qui semble justifié et réussi.


Mezigue à #horsserie #betcpop #mezigue #burn #saintlazare #burnenergydrink #lightitup

A post shared by BETC POP (@betcpop) on


Nous passons en salle 2, situé en face du Burger King coté salle des pas perdus, pour jeter un coup d’oreille au live Minibar composé de Seuil, Ben Vedren, Lowris, Pit Spector et Cabanne en chef d’orchestre. Comme le style micro et le label le suggèrent, ça tâtonne de façon minimale, un rythme suffisant pour un début de soirée de deuxième salle, la performance semble être une première, c’est audacieux et probablement réussi pour les fans du genre.



Le plein de pichets de bière fait, nous retournons voir notre triade de l’espace, nos conquérants des clubs internationaux, notre fierté local, les 3 papas d’Apollonia. Dyed, Shonky et Dan envoient comme toujours, avec simplicité et volume, le nectar des meilleurs tracks house, micro et tech house d’antan et d’aujourd’hui, ce savant mélange musical percutant et massif dont ils ont le chic et l’art de faire. Ces trois-là, derrière les platines pendant 3h1/2, c’est la garantie de ne pas voir le temps passer, de pouvoir osciller entre coin chill et dancefloor sans se soucier de rater un bon moment car ils seront tous bons. La vibe est là, je reconnais dans l’ivresse ce Dj Boom de 99.



Nous nous perdons donc dans le bain de foule entre amis, habitués, connaisseurs mais aussi un tiers du public semblant être là pour « aller en discothèque » dans leur gare habituelle plutôt que pour se rendre à un événement Surprize, ça change de se mêler aux gens « normaux » mais la résultante sera de ne pas nous emmener dans un autre monde, mais plutôt de rester de façon terre à terre dans un espace public, parisien et bien connu.

Le confort et l’assurance du set d’Appolonia nous fait oublier de passer aux lives « dynamique et proprement house » de Léo Pol ainsi que celui « hip hop gangsta house teinté de jazz » de Mad Rey, Neue Grafik et LB Labat réunis.


Dinguerie hier soir à Saint Laz #RAHEEMEXPERIENCE #LBAKALABAT #MADREY #NEUEGRAFIK #HORSSERIE #MPC2000XL #voodooartists

A post shared by Marc Resplandy (@maarcrresplandyy) on


Excellente découverte lors du set d’un certain H330 qui a su mettre tout le monde d’accord sur une chicago house soulfull groovy à souhait.


Voir l’article du Monde pour cet event


Fin des hostilités sur Jeremy Underground coté salle principale où il a su faire du Jeremy Underground sans oublier son désormais mythique Liem – If Only qui lui colle si bien à la peau et sans pour autant lésiner sur quelques tracks acid techno qu’ils nous a moins habitué à entendre.



Fin de soirée en bonne et due forme à l’after Concrete où Apollonia nous régale de « pépites » nous faisans claquer du pied pendant que les Spiral Tribe terminent leur nuit dans la salle du bas.



Globalement, un pari réussi et une organisation sans faille pour cette première Hors –Série, manquant un soupçon d’aura pour les puristes étant donné le caractère public de l’endroit, mais ne manquants pas pour autant de qualité et nous faisans déjà saliver en attendant les prochains événements.


Report par Philippe Edouin – Photo à la Une: DR

%d blogueurs aiment cette page :