Le festival Rock en Seine, dont la notoriété n’est plus à faire, a achevé le 28 août dernier une édition 2016 très réussie. Retour sur ces trois jours de musique, de danse, de rencontres et de découvertes caniculaires…


RES 16 Ambiance 4


Cette 14ème édition du festival clôturait l’été en beauté : une programmation aussi éclectique que de qualité, de très belles découvertes, une organisation impeccable ainsi qu’un public formidable sont autant d’éléments qui ont fait la réussite de ces trois jours de festival.


Des artistes de choix


En proposant autant d’artistes aux styles aussi divers, n’importe quel public a pu trouver son compte dans la programmation de cette année. Des monuments du rock ou du punk tels que Iggy Pop ou Sum 41 au hip-hop français (Casseurs Flowters) comme US (The Underachievers, Logic) ou UK (Lil Simz) en passant par le jazz (Gregory Porter) ou l’électro (Breakbot, Cassius), les 60 concerts proposés par Rock en Seine ont pu ainsi toucher les amateurs de Musique avec un grand M et satisfaire les goûts de tous.

Une telle diversité de styles, de générations et d’ambiances a pu permettre la découverte et la rencontre d’univers –sur le papier– très différents.


RES_2016_VICTOR PICON_AMBIENCE_-7222.jpg


Une organisation impeccable


Rien à redire sur l’organisation parfaitement orchestrée du festival : des équipes de sécurité aimables et patientes, des bénévoles attentifs et aidants, le personnel des stands et des buvettes rapide grâce à un système de paiement Cashless très efficace, des techniciens au taquet… On note d’ailleurs le timing impeccable des concerts : les lives commencent pile à l’heure quels que soient la scène et le matériel à mettre en place.

Il faut dire que la canicule aurait pu être un obstacle au bon déroulement du festival. Nager dans une foule de 30 000 personnes devant la Grande Scène en plein cagnard, ça peut vite devenir dangereux quand il fait 39°C… Et pourtant, tout a été prévu et géré de façon impeccable : les bouteilles d’eau étaient acceptées à l’entrée, de grands brumisateurs arrosaient les festivaliers marchant d’une scène à une autre, de nombreux points d’eau fraîche avaient été installés dans tout le parc et ils ont tous parfaitement fonctionné tout au long du festival (même après 3 jours, si si).


res_2016_victor-picon_ambience_-7119


Des concerts d’une grande qualité


Evidemment, ce qui reste le plus, c’est la musique. L’édition de cette année était l’opportunité d’assister au show de certaines légendes, de se laisser bouleverser le coeur ou entraîner les pieds par l’univers unique de chaque artiste et de découvrir de jeunes musiciens talentueux et prometteurs… Rapide focus sur deux des lives qui nous ont marqués.


Papooz


Le jeune groupe parisien a eu l’effet d’une parenthèse de fraîcheur dans cette fin de deuxième journée torride. La pop de Papooz est parfaitement estivale : tantôt dynamique et sautillante, tantôt délicate et fine. Impossible de ne pas laisser aller ses hanches et ses pieds aux rythmes tendus de la guitare de l’un et à la voix unique et envoûtante de l’autre. L’énergie et les sourires des musiciens sont terriblement communicatifs et la joie qu’ils expriment à être sur scène se transmet au public, tout aussi heureux qu’eux d’être là. Que du bonheur.


RES16_Papooz_15_copyright-Olivier Hoffschir.jpg


Sigur Rós


Assister à un concert de Sigur Rós, c’est un peu comme voir une aurore boréale en live. Toute la beauté de la nuit semble se concentrer dans les vibrations majestueuses qui émanent de la scène. Lorsque la voix angélique de Jónsi, le chanteur, traverse l’espace pour venir serrer nos tripes, le temps s’arrête, et se sent alors transporté dans l’univers astral du trio islandais. À ces sons si purs et puissants se joignent des jeux de lumières grandioses qui font des lives de Sigur Rós une véritable éruption volcanique pour les sens : plein les yeux, plein les oreilles, le ventre qui vibre, ce n’est que lorsque le concert se termine que nos pieds regagnent la terre ferme.


RES16_Sigur Ros_16_copyright-Olivier Hoffschir.jpg


Rock en Seine c’était également l’énergie inépuisable du grand Iggy Pop, le set endiablé du bon vieux Cassius, de très bonnes découvertes comme Rendez-Vous, le retour sur scène de Two Door Cinema Club, le show très chaud de The Last Shadow Puppets… entre autres.

Mais je dois dire que ce qui, selon moi, fait toute la force et la réussite de ce festival, c’est avant tout ce public fantastique, amoureux de la musique, heureux d’être là et de vivre et faire vivre ces moments intenses. Rien n’est plus plaisant que de partager telle expérience avec des passionnés, dans une ambiance des plus chaleureuse.

Félicitations à tous ceux qui ont, de près ou de loin participé à rendre cette édition si remarquable.


Report par Charlotte Calamel Duprey

Crédits photo: 1. Ambiance © Christophe Crénel, 2. Ambiance © Victor Picon, 3. Ambiance © Victor Picon, 4. © Oliver Hoffschir, 5. Sigur Ròs © Oliver Hoffschir.

%d blogueurs aiment cette page :