12347905_1005705186159457_1682711457007584478_n

Sébastien Michel, reconnu sous le pseudonyme UVB, est aujourd’hui devenu un DJ et producteur français incontournable. D’origine marseillaise, il fait ses débuts en 2012 et s’est très vite exilé à Berlin. Vivant dans cette ville aux inspirations multiples, l’artiste se retrouve sur le marché de la techno berlinoise et se produit en 2014 au Trésor. Année de sortie de la célèbre track Mixtion, UVB lancera son propre label “Body Theory” en 2016. Connu à l’international, plus de 30 pays ont rythmé sa tournée l’année dernière et sa prochaine date n’est autre que la Possession le 24 février.



Si le line-up semble plus qu’alléchante (Adam X (live), UVB, Jonas Kopp…), nous nous intéresserons surtout au lieu “encore tenu secret”. Après plus d’un an de soirées au Gibus, le collectif s’exporte à la périphérie de Paris pour la première fois. En attendant cette date, nous avons eu la chance de poser quelques questions à Sébastien Michel.


ItinéraireBis: pour commencer parlons un peu de toi. La plupart de nos lecteurs te connaissent déjà mais quels ont été tes débuts avec la musique électronique ? 

UVB: les premiers trucs électroniques que j’ai du écouter étaient surement « Homework » de Daft Punk et ensuite les débuts d’Ed Banger. C’est en 2008 que je me suis vraiment mis à la techno grâce à mon pote Jean qui m’a initié.



IB: tu as commencé à faire de la musique avec ton pote Jean Redondo sous le nom de “Daxyl”, est-ce que vous continuez à bosser ensemble ? 

UVB: on ne bosse plus directement ensemble pour l’instant.


IB: ta carrière a connu une ascension fulgurante depuis ton titre “Mixtion” en 2014. Aujourd’hui tu continues de passer cette track dans la majorité de tes DJset ou tu essaies de t’en détacher ? 

UVB: je l’ai beaucoup joué, plus trop maintenant. J’étais dans un certain état d’esprit au moment où je l’ai composé qui est différent de celui dans lequel je suis maintenant. J’y reviendrai probablement un jour !



IB: depuis que tu as débuté la musique tu vis à Berlin. J’ai cru comprendre que tu t’y sentais vraiment bien. En 2017, qu’est-ce que tu penses que cette ville a encore à t’offrir ? 

UVB: une compréhension, une maturité et une culture profonde des musiques alternatives.


IB: à côté de ça, que penses-tu de la scène techno française ? 

UVB: fleurissante, avec ses bons et ses mauvais cotés (en majorité de bons cotés !)


IB: tu dois avoir une bonne centaine de dates derrière toi, mais depuis tes débuts en club ou lieux alternatifs, quelle a été l’expérience qui t’a le plus marqué ? 

UVB: le Berghain, même si j’ai eu d’autres dates exceptionnelles. En tant qu’introverti, il y a quelque chose à propos de ce club qui me fait sentir à la maison, probablement le combo lumière + son + architecture , le fait que le dj ne soit pas au centre de l’attention mais que ce soit la musique.


IB: en 2015, nous pouvions lire que tu avais le projet de créer plusieurs alias correspondants aux différents styles que tu voulais produire dans le futur. Tu as eu le temps d’approfondir ces projets ?

UVB: oui en quelque sorte, discogs peut vous aider à ce sujet 😉


IB: en 2016, tu sors ton label “Body Theory Records”. Comment gères-tu celui-ci ? 

UVB: sans pression; c’est vraiment une plateforme d’expression pour moi, je sors ce que je veux quand je veux, et sans compromis.


IB: label qui de base était destiné à tes propres tracks, nous pouvions voir sur ta page que tu as accueillis, en décembre 2016, un EP de RENDERED. Qui sont-ils ? As-tu d’autres artistes sur ton label ? 

UVB: Clément Perez alias 14anger et Daniel Myer sont R E N D E R E D. Ils m’ont envoyé des démos et ca m’a plu à la première écoute, donc on bosse sur un EP qui devrait voir le jour mi-2017. Pas d’autres artistes pour le moment, mais des projets en prévision !


IB: tu as pu t’essayer dans plusieurs styles musicaux, si tu devais citer 3 artistes qui t’ont guidé dans ton travail ? 

UVB: Aphex Twin , BMB , Coil.



IB: comme tout artiste en quête d’accomplissement aujourd’hui, nous ressentons bien que tu privilégies l’homogénéité de ton travail à la quantité. Vers quoi as-tu envie de t’orienter (musicalement) en 2017 ?

UVB: 2017 sera l’année de mon premier live qui sera un mix de mes influences. Ce sera aussi un peu différent de ce que je vais sortir sur Body Theory mais toujours dans la même veine. Niveau production il m’est impossible de mettre des mots sur ce que je fais , c’est toujours taillé pour les clubs mais j’essaie d’injecter d’autres influences dans le mix.


IB: ta prochaine date c’est la Possession le 24 février, est-ce que tu aurais 5 tracks à nous recommander pour se mettre en jambe d’ici là ?

   – Fad Gadget – Immobilise [Foot Binding Trot Mix]

   – Paul Bailey – No Calling

   – Polzer – Static Rectifier

   – Reeko – A Bad Day

   – Hypnoskull – electronic music means war to us (v4)


IB: ta première Possession c’était le 18 Mars 2016. A Paris c’est un peu le collectif où les moeurs sont libérés, comment tu te sens quand tu te produis pour ce collectif ?

UVB: je sais que tout est permis, je sais que les gens savent que tout est permis, je me sens bien.


IB: et pour finir, quels sont tes projets pour le futur ? (sortie, date incontournable, duo .. ? )

UVB: dixit une des questions précédentes, je bosse beaucoup sur mon live la, ca me prend beaucoup de temps. Sinon des sorties sont prévues certains de mes labels préférés mais rien que je puisse annoncer encore !


Rendez-vous sur notre page Facebook pour tenter de gagner 2×2 places !

16298770_1671611309798298_9046795693086560247_n

%d blogueurs aiment cette page :