Histoire du mouvement #LeaveMeAlone


En 2016, à l’occasion du carnaval de Trinidad-et-Tobago, une artiste japonaise est retrouvée morte, et ayant subi un viol. Contre toute attente, le Maire de l’époque comdamne la « vulgarité et lubricité » des festivalières.

Des associations se créent. Parmi elles, #LeaveMeAlone prend comme emblème une chanson de Calypso Rose, qui milite contre le harcèlement sexuel depuis 50 ans.



Le titre “Leave Me Alone” (“Laisse-moi tranquille”) devient alors l’hymne de l’édition 2017 du carnaval placé sous le signe de la mémoire.

Ce mouvement est repris par de nombreux médias internationaux, notamment le Washington Post et Slate, ainsi que Causette et France Inter en France.



Boy doh touch me
Like you going crazy
Men go behind
Let me jump up in the band
I don’t want nobody
To come and stop me
Leave me let me free up
Meh self and jump up

So leave me alone
I ain’t going home
So leave me alone
I ain’t going home

Let me party
Let me party
Let me party
Let me party

%d blogueurs aiment cette page :