15219536_1176217252495073_5338942067300788262_n

Mystérieux, Acid, ces deux mots pourraient définir le duo italien 999999999. Après avoir vendu leurs premiers EP en un temps record et commencé à se produire sur scène, 999999999 jouera pour la première fois en France ce samedi 18 mars. Avant gardiste ce n’est autre que la Possession qui se chargera de mettre en lumière leur talent mais avant on s’est dit qu’il serait temps de découvrir qui se cache derrière ce pseudonyme atypique. 


ItinéraireBis: 999999999 est un pseudonyme plutôt abstrait, comment avez-vous choisi ce nom ? Qu’est-ce que cela représente ?

C’est la réflexion de ce que l’on est. On ne voulait pas donner trop d’informations personnelles, l’identité est secondaire, c’est la musique le plus important.

ItinéraireBis: 999999999 is quite an abstract name, how did you choose this name ? What does it mean ?

It’s a reflection of who we are, we do not like to give out too much personal information since we think the focus should be on the music. The people behind the project is just a secondary aspect.


IB: derrière 999999999 se cache un mystérieux duo, comment cette amitié a-t-elle commencé ?

On s’est tout de suite entendu. On avait des goûts musicaux assez similaires et surtout la même motivation et les mêmes désirs malgré notre différence d’âge.

IB: a mysterious duo is behind 999999999, how did this friendship come about ?

We clicked immediately: we had very similar taste in music but especially the same motivation and the same goals even despite the age difference.


IB: quels ont été vos débuts dans le monde de la musique électronique ?

Tout s’est fait petit à petit. Ecouter et écouter ce qu’était la musique électronique, ce qu’elle est et ce qu’elle pourrait être était nécessaire. Nous avons étudié l’histoire de la musique électronique, écouter de nombreux tracks et de là on a commenceré à jouer nos premières tracks et nous créer une identité.

IB: how did you start in the electronic music scene ?

It was a slow process, listening and studying of what was, what is and what will be in the electronic scene. We studied the history of electronic music, listened to a lot of records, and from there we started trying out, playing the first tracks, shaping our own sound, our own identity.


IB: vos productions sont faites avec beaucoup de machines (Octatrack, Analog Four…) quand vous avez commencé, utilisiez-vous autant de machines ?

Non pas au début. Notre première approche dans un studio était assez classique avec l’utilisation d’Ableton ou Logic mais on a très vite ressenti le besoin de plus de spontanéité. Souvent on passait des heures à produire avant de se sentir complètement satisfait. Puis, nous avons commencé à utiliser quelques machines jusqu’à passer totalement en analogue. Bien entendu, le travail post-production est toujours digital.

IB: your productions are made with many machines (Octatrack, Analog Four..), when you started were you using this many machines ?

No, our first approach in studio was through the classic DAW (Ableton, Logic) but we felt the process was lacking spontaneity and most of the time we spent hours playing around without feeling truly satisfied. At that point we started to integrate some hardwares until we went to a purely analogue approach. Obviously the work of editing and post-production is still digital.


IB: qu’est-ce qui vous a donné envie de faire des lives ?

Faire des lives est pour nous la chose la plus satisfaisante, jouer un vinyle d’un autre artiste ne te procure pas la même sensation. Selon nous, le live signifie interagir avec les machines à chaque seconde mais c’est aussi improviser sans jamais rien prendre pour acquis. Chacune de nos performances live est différente puisqu’on improvise de A à Z, cela nous procure aussi l’adrénaline qui nous manquait quand on se contente de jouer un simple track.

IB: what made you want to do live music ?

Playing live is the most gratifying. Playing a records from other artists is not the same feeling. « Live » for us means interacting with machines in every single second, it means improvising, never taking anything for granted. Each of our live performances always sounds different because improvisation part is essential of the gig, it gives us that adrenaline that appears to be missing when we simply play a track.


IB: quand avez-vous fait votre premier live ?

Nous avons lancé notre projet l’année dernière en Juillet avec notre première sortie NTN001. On voulait avant tout produire quelques sons avant de se lancer en tournée mais on a tout de même fait un live au Griessmuehle à Berlin en novembre 2016.

IB: when was your first live ?

We officially launched our project only last year in July with the first release NTN001. We wanted to give priority producing more tracks before heading on tour, but we did set up a live and performed it in Berlin, at Griessmuehle last November.


IB: dites-nous en plus à propos d’une journée typique de production, pouvez-vous nous décrire votre processus créatif ?

Il n’y a pas vraiment de moment type, comme on a pu le dire plus haut, on veut que notre musique soit spontanée. La clé de notre boulot c’est les sons acid de la 303, dès qu’on aime les sonorités, on ajoute petit à petit les autres éléments (basse, nappe…).

IB: tell us more about a typical production moment, can you describe your creative process ?

There is not a fixed pattern, because as we said, we want our music to be less rational and more improvised. The key is the acid sound of the 303, once we like something, we start to work with the other elements (drum, layers).


IB: votre premier EP “000000002 ” est sortit sur votre propre label NineTimesNine. Est-ce que vous comptez sortir uniquement vos propres productions ou au contraire vous prévoyez de sortir d’autres artistes ?

Pour le moment, on priorise nos propres productions. On a vraiment envie de développer notre identité de façon libre et spontanée et cela nous semble complètement possible uniquement avec notre label. Mais évidemment on ne va pas exclure l’idée de collaborer avec d’autres artistes dans le futur.



IB: your first EP “000000002 ” was released on your own label, NineTimesNine. Are you set out to release only your own productions or do you wish to produce other artists as well ?

Currently we give priority to our productions in our label. We feel the need to establish our style with complete freedom and only in NineTimesNine can that freedom happen completely, but obviously we do not exclude the possibility of collaborations, remixes and productions of other artists in the future.


IB: vous avez sorti deux vinyles depuis vos débuts, quels sont vos plans pour les mois à venir ?

On préfère rester secret sur nos projets. On a beaucoup de travail fini ou inachevé, on donnera très prochainement vie à NTN002 ou NTNLTD002, NTNLTD003.. Et en vue de la demande considérable de nos vinyles on va sûrement relancer la production de nouveaux exemplaires.

IB: you have released 2 vinyls since you began, what is your plan for the months to come ?

We always prefer to be very cautious in revealing our future plans. We have lots of finished stuff, much more still under construction. Surely we’ll give the light to NTN002 and other limited releases (NTNLTD002, NTNLTD003). And considering the high amount of requests, we are also planning to reprint additional copies of NTNLTD001.


IB: dans une autre interview vous dites ” Ce qui est important c’est la qualité de la musique et pas son format”. Quand vous avez commencé à sortir vos productions, était-ce plutôt vinyle ou digital ?

On ne veut pas rentrer dans le débat “le vinyle c’est mieux que le digital”. Il y a tellement d’aspect technique qu’on pourrait vous en parler des heures. Disons juste que l’on comprend parfaitement ce que cela représente et l’effort qu’implique ce choix de sortir un son sur vinyle. Pour nous le vinyle est une priorité mais il ne devrait pas être un obstacle à ceux qui ne mixent pas sur vinyle mais souhaite passer nos productions. C’est pour cela qu’on sort aussi nos EP’s en format digital.

IB: in an other interview you said “What’s important is the quality of the music released, not the format”. When you started to release your productions, did you start with vinyl or digital ?

We do not want to enter the classic debate “vinyl is better than digital,”. There are so many technical aspects that could keep us talking or hours. Let’s just say that we understand perfectly well what it means to release your music on vinyl and the efforts that go with this choice. Vinyl is a priority for us, but it should not be an obstacle for those who want to play our music without turntables, we also make every available in digital format through our bandcamp page.


IB: votre vinyle a été sold out en un rien de temps, comment-vous sentez vous par rapport à cela ?

C’est définitivement un bon sentiment, et ça nous motive ! On ne pensait pas avoir autant de retours positifs en si peu de temps. On pensait juste faire de la musique, sans forcément produire pour vendre à des gens.

IB: your vinyl sold out in no time, how does this make you feel ?

It’s definitely a good feeling, that motivates us a lot … We did not think to have so much positive feedback in such a short time. We just thought of making music we like (by selecting several tracks and discarding many others), not on producing music to please people or to sell.


IB: dans un avenir proche, est-ce que vous avez envie de donner une direction à votre musique ?

On travaille très dur tous les jours pour améliorer nos sons et intégrer nos machines modulaires. C’est définitivement une grande partie de nos futures productions et lives. On a envie de travailler davantage sur des sons expérimentaux et éventuellement un album qui sortira d’ici 2 ans.

IB: in the future, is there something or a direction you want to improve in our music ?

We are working very hard every day to evolve our sound and integrate our machines with the modular system. It will definitely be an integral part of our future productions and live performances. We want to work more on experimental/IBM sounds in a hypothetical album to be released in the next two years.


IB: quelle est votre opinion sur la scène techno italienne ? Est-ce que ça vous inspire ? Es-ce que vous vous voyez rester là ou au contraire vous éprouvez le besoin de bouger pour continuer votre carrière ?

La scène techno italienne est pleine de talents et beaucoup d’entre eux sont encore inconnus. On suit de près la scène italienne mais on préfère ne pas trop y penser, cela nous inspire mais on a envie de fonder notre propre vision de la techno.

Vivre dans une ville où on pourrait constamment être entouré par de la techno chaque jour (comme Berlin) pourrait totalement nous inspirer, mais pour le moment on en ressent pas le besoin. On est persuadés que si l’on a la bonne motivation, peut importe l’endroit où tu vis pour réaliser tes projets.

IB: what’s your opinion on the italian techno scene ? Does it inspire you ? Do you see yourself staying there or do you feel like you need to move to another place to pursue your career ?

The Italian techno scene is full of talents, many of them still relatively unknown. We follow the scene but we prefer not to overthink it but just get inspired to conceive our own vision of techno. 

Living somewhere where you are surrounded by techno every single day (as in Berlin) can definitely be inspiring, but currently we do not feel the need to make this move. We are aware that if you have the right motivation, you can achieve great fulfilment regardless of where you live.


IB: Êtes-vous prêt pour votre première date en France ?

On est vraiment heureux de faire notre premier gig en France. La scène française est vraiment avant-gardiste en terme de variété musical et d’événements.

IB: are you ready and excited about you firsts french gigs ?

We are very happy and ready to make our debut in France. The French scene is very avant-garde in terms of events and music proposals.


IB: ce sera donc à la Possession que l’on pourra vous voir en live, comment vous sentez-vous ? Avez-vous déjà entendu parlé des Possessions ?

On connaissait déjà les Possessions et la plupart des DJ’s des événements précédents ce qui est définitivement une garantie de leur qualité. On est certains que ça va être incroyable et on est très heureux de jouer aux côtés d’autres artistes très talentueux comme Schlomo, RItzi Lee, Lag et Parfait.

IB: Possession is your first gig in Paris, how do you feel ? Have you already heard about Possession ?

We already knew Possession and the guests from previous events… it’s definitely a guarantee of quality. We are sure it will be huge and we are happy to play together with other great artists like Shlomo, Ritzi Lee and Lag and Parfait.


%d blogueurs aiment cette page :