[Report] Soirée du 5 mai au Faust: Fatboy Slim, maître du Tunnel

 Après une mise en beauté, le Faust à réouvert ses portes fin mars et accueillait ce vendredi 5 mai une légende de la scène électronique mondiale, Fatboy Slim, offrant ainsi la possibilité à son public de se défouler dans le fameux Tunnel sous le Pont Alexandre III.

Si l’on avait l’habitude de reconnaître au club une programmation musicale d’ores et déjà pointue, celle-ci s’est vue, tout comme le lieu, quelque peu rénovée. Le mois de mai promet ainsi une programmation contrastant avec le côté chic de ce club rive gauche. Mais surtout, cette nouvelle directive dans la programmation du club vient souligner, si ce n’est rappeler, non seulement son ouverture d’esprit mais aussi sa volonté de mélanger les différentes tendances sans être dans une démarche élitiste.

Ainsi, en attendant Stephane Bodzin, Polo & Pan et la Dure Vie family programmés pour les semaines à venir, le Tunnel accueillait ce vendredi 5 mai une figure incontournable de la scène électronique anglaise des années 90. Si l’on se souvient de certains de ses tracks par réminiscence de scènes du film Human Traffic avec Build It Up ou encore du trailer de Virgin Suicides avec Right Here, Right now, cette soirée était, pour les adeptes de Fatboy, une « rare occasion de le voir se produire en club ».

Warm up oblige, la soirée a donc débuté avec le set d’Etienne de chez Pain Surprises Records (Jabberwocky, Petit Prince, Basile Di Manski..). Si le public se déhanche à vitesse grand V sous le mur de LED de 3000 ampoules, il en n’oublie pas pourquoi il est là. L’attente pressante se fait sentir et les 570m² de la salle se comblent progressivement. Mais avec un set d’une grande qualité sonore, les pas de nos camarades de danse, bien que nombreux, n’ont rien d’un exercice de survie en milieu hostile. Ils témoignent au contraire d’une volonté générale à réserver un accueil de taille au génie musical de la soirée. L’ambiance est lancée, le public prêt à recevoir les vibration d’une nouvelle onde, celle de KCPK (Brodinsky, Woodkid,Two door cinema club, Phoenix, Justice, Agoria..), un groupe de rock qui se veut « géométriquement variable ».

Une pensée pour les absents, qui auront tout de même l’occasion de retrouver Fatboy Slim pour la 4ème édition du Kappa FuturFestival à Turin, le 8 et 9 juillet, aux côtés de Carl Cox, Sven Väth, Tale of Us et The Martinez Brothers notamment.

%d blogueurs aiment cette page :