Sélection Palais de Tokyo: Hayoun Kwon et Gareth Nyandoro

A partir du 14 juin, le Palais de Tokyo ouvre cinq nouvelles expositions. C’est le moment de découvrir ou re-découvrir deux artistes, dans deux univers totalement différents, l’une Coréenne: Hayoun Kwon, et l’autre Zimbabwéen: Gareth Nyandoro.



Hayoun Kwon – L’oiseleuse

Originaire de Séoul, son lieu de naissance, et âgée de 36 ans, Hayoun Kwon vit entre la France et la Corée du Sud. Explorant les notions de mémoire collective et individuelle, elle propose, à travers ses vidéos, une exploration de lieux interdits, où l’homme absent joue souvent le rôle d’exclu. Elle reconstitue ainsi, par les souvenirs et leur transmission, ce qui est parfois tombé dans l’ignorance. En utilisant la réalité virtuelle dans ses œuvres, elle reconstruit des paysages où règne l’absence, un vide de vie qu’elle comblera par les récits en voice-over des rares témoins de ces lieux inaccessibles. Hayoun Kwon, propose une réflexion sur la notion de frontière, sur l’opposition ou le mélange entre réalité et illusion dans des œuvres qui nous immergent dans la DMZ (Zone Coréenne Démilitarisée) qui sépare les deux Corées avec 489 years (2016), ou dans un village modèle de propagande nord coréen avec Model Village (2014), qui ne peut être exploré que par la mise-en-scène imaginaire.

Pour cette exposition au Palais de Tokyo, Hayoun Kwon nous propose d’explorer, à travers le souvenir d’un ancien professeur de dessin, Daniel, le monde imaginaire de “l’Oiseleuse“, une femme mystérieuse dont Daniel lui a rapporté l’histoire.

Extrait de 489 Years, 2016


Gareth Nyandoro – Stall(s) of Fame

Né en 1982, Gareth Nyandoro vit à Harare au Zimbabwe. Son travail plastique ouvre à une réflexion sur l’interaction sociale dans l’espace public. Ses œuvres consistent en de grands lés de papier que l’artiste superpose les uns aux autres pour ensuite venir les entailler, les découper avec précision, afin de laisser découvrir les couches inférieures. A travers l’utilisation de l’encre sur les différents lés, Gareth Nyandoro laisse apparaître des scènes de vie inspirées de son environnement comme gravées dans les couches de papier.

L’exposition Stall(s) of Fame (Kiosque(s) de la gloire) est la première exposition personnelle de Gareth Nyandoro en France. A cette occasion, il réalise une installation qui réfléchit à l’interaction entre l’espace urbain et ses structures marchandes éphémères en s’inspirant du paysage parisien et des stands de bouquinistes qui longent les quais de Seine. L’artiste, à travers sa technique quasi-sculpturale, ne manquera pas de dresser les portraits des personnalités Africaines qui l’habitent.

Auya Matissue Akachipa Akasimba, Cheap and Strong Toilet Tissue Mobile Shop, 2015


Ces deux expositions sont à visiter jusqu’au 10 Septembre 2017 au Palais de Tokyo (Ouvert tous les jours, sauf le Mardi, de midi à minuit, Tarif: 12€/8€ donnant accès à l’ensemble des expositions).

Pour plus d’informations: Palais de Tokyo

%d blogueurs aiment cette page :