Interview : PEARL


ItinéraireBis: hello, merci encore d’avoir accepté de répondre à nos questions. Tu as commencé la musique assez jeune, producteur, tu parles souvent de tes influences musicales UK fin des années 90s, pourrais-tu nous citer des artistes / sons qui ont eu une influence majeure pour toi ? Comment retrouves-tu ces inspirations en écoutant tes productions ?

Salut, c’est un plaisir! Au delà de la techno UK de 90 – début 2000, les sons de mon pays à la même période font aussi partie de mes influences. Le travail de producteurs espagnols comme Exium ou C. Wünch à leurs débuts ou les pionniers britanniques de la techno Surgeon et Régis ont été une grande source d’inspiration quand j’ai débuté dans la musique. Quand je produis un morceau, j’insiste beaucoup sur les séquences de basse. Je pense que c’est là qu’on peut reconnaître certaines de mes influences.

ItinéraireBis: hello, thanks again for your following answers. You began music very young, as producer you often talk about your musical influences from the UK in the late 90s, could you give us artists / sounds that have had a major influence on you? How to you identify and recognize those inspirations when listening to your work ?

Hi, it’s a pleasure! as well as the late 90’s – early 2000 UK techno sound I have other influences from the sound in my country at the time. The early work from spanish producers like Exium or C. Wünsch and UK techno pioneers Surgeon & Regis were a huge source of inspiration when I started doing music. When I produce a track, I make a lot of emphasis on bass sequences. I guess some of my influences could be recognized there.


IB: tu as fait partie du projet Agony Forces de 2006 à 2013. Aujourd’hui les deux personnes qui t’accompagnaient dans l’aventure (Coushin et Sharin) ne produisent plus ou du moins pas sous ces alias. La volonté de se séparer du trio (d’ailleurs assez rapide) au duo puis d’arrêter le projet était-elle due à ton désir d’aller plus loin dans la musique ou à une autre raison ?

On était trois au début (polynoid, Sharin et moi) puis deux (Sharin et moi). Comme tu l’as dit, le projet AF a commencé en 2006 et après 7 ans on a décidé d’arrêter et de se concentrer sur nos projets solo.

IB: you were part of the Agony Forces project from 2006 to 2013. Today the two people who were also part of the adventure (Coushin and Sharin) no longer produce, or at least not under these aliases. Was the dissolution of the project (first the trio morphing into a duo and then spliting up completely) due to your desire to go further in music or to some other reason?

We were three people at the beginning (Polynoid, Sharin & me) then two (sharin & me). As you well said, the AF project started in 2006 and after 7 years we decided to end it up and focus in our solo projects.


IB: finalement qu’est ce que cette “première” expérience au sein de Agony Force t’a apporté ?

Les premiers pas sont toujours des moments clefs dans la carrière d’un artiste. C’était un bon moyen d’acquérir de l’expérience et de s’essayer à d’autres types de sonorités, c’était aussi un moyen d’apprendre à gérer des situations auxquelles on avait jamais été confrontés avant.

Ultimately what has this “first” experience within Agony Forces brought you?

Beginnings are always a key part of an artist’s career. It was a good way to gain experience and to experiment with other types of sounds and also a way of learning to deal with situations that we had never faced before.


IB: tu as plusieurs alias : RHEA qui t’as permit de sortir un son sur le label Semantica Records en 2012 ou encore Basqiam sur le label Detroit Underground en 2011 et 2013. Depuis on ne voit plus trop de sortie, est-ce que tu comptes continuer à faire vivre ces alias ? OU souhaites-tu en créer des nouveaux ?

J’aime garder différents pseudos pour pouvoir jouer avec différentes sonorités. Basqiam et Rhea sont deux d’entre eux, mais maintenant je préfère me concentrer sur mon projet en tant que P.E.A.R.L. Même si ce n’est pas encore très concret, je pense parfois à en créer encore un nouveau pour pouvoir expérimenter avec de nouveaux types de sons.

IB: you have several aliases : RHEA, under which you released a track on the label Semantica Records in 2012 or Basqiam, on the label Detroit Underground in 2011 and 2013. Since then we havent seen much output under those names, are you planning on keeping those aliases « alive » ? or do you prefer to focus on the current one and/or create new ones ?

I always like to have other aliases to play with different sounds. Basqiam and Rhea are two of them but now I prefer to be focused on my P.E.A.R.L. project. Although I’m not clear yet, I’m sometimes thinking about creating a new one to focus on different kind of sounds.


IB: comment pourrais tu définir ton évolution entre tes divers projets : Agony Force, P.E.A.R.L et tes autres alias ?

A ses débuts, Agony Forces avait un son beaucoup plus dur et primitif. Puis nous avons expérimenté avec quelque chose de plus mélodique en ajoutant des pads et en ralentissant le bpm. Mon projet P.E.A.R.L, depuis que je l’ai lancé il y a plus de dix ans, s’est toujours distingué par ses grosses percussions et ses breaks euphoriques. Basqiam est plus centré sur l’électronica, l’idm et l’électro ce qui est totalement différent. Rhea n’est pas comparables à mes autres projets puisqu’il n’a été utilisé qu’une seule fois pour un projet très spécifique.

IB: how would you define your evolution between your various projects : Agony Forces, P.E.A.R.L and your other aliases ?

The early Agony Forces stuff was more primitive and rough. Then we were experimenting with something more musical adding pads and lower bpms. My P.E.A.R.L. project have been always, since I started more than 10 years ago, characterized by heavy percussion and euphoric breakdowns. Basqiam is more focused on electronica, IDM and electro which is totally different. Rhea can’t be compared because it was used just once for something specific.


IB: en 2012 tu fondes ton propre label “Falling Ethics Records”. Dans un premier temps tu utilises ce label pour tes propres productions, puis tu décides d’y faire rentrer des artistes. Comment choisis-tu les producteurs qui intègrent ton label ?

Je ne produis que des artistes qui ont un type de son auquel je peut m’identifier.

In 2012 you founded your own label “Falling Ethics Records”. At first you used this label for your own productions, then you decided to bring in artists. How do you proceed to chose the producers you want to sign on your label ?

I just release music from artists who have a type of sound which I identify with.


IB: penses-tu qu’aujourd’hui les labels se fondent principalement avec un réseau d’amis puis s’ouvrent à des réseaux d’inconnus ?

Pour être honnête, je ne pense pas. Il y a beaucoup de labels qui sortent la musique provenant d’artistes différents qui n’ont aucun lien entre eux. Pour ma part, je ne produis que des gens dont je connais très bien la musique, amis ou pas, ça m’est égal.

IB: do you think that today labels start mainly based on a network of friends and only then open up to « strangers” ?

I don’t think so to be honest. There’re many labels which are releasing music from different people who are not conected to each other. In my case, I release music only from people who I really know their music. Friends or strangers I don’t mind.


IB: en tant que musicien il semble que tu aies une carrière accomplie. Producteur, tu te produis aussi en live et en DJset mais finalement entre tout ça qu’est ce qui te plaît le plus ?

Comme tu l’as dit, ce sont des exercices très différents. Ils ne peuvent pas être comparés. Lors d’un show, si j’ai un bon système son et que les gens savent ce qu’ils écoutent, je dirais que je préfère le live. Mais en même temps, faire des DJ sets et jouer la musique d’autres artistes est quelque chose que j’adore et qui me donne quelque part plus de liberté. Dur de choisir.

IB: it seems that you have an accomplished career. You are a renowned producer, and you play both DJsets and lives, which are pretty different « exercices », but in the end what is your favorite part ?

As you well said, they are very different exercises. Can’t be compared. If the venue have a proper sound system and the people really knows what are they listening to, I would say that Live set is my favourite part. At the same time playing DJ sets and music from others is something that I love and gives me somehow more freedom. It’s so hard.


IB: tu te produis en live jeudi prochain, quelle type de machine utilises-tu et avec quoi as-tu commencé ? Et quelle est la machine dont tu ne peux te passer ?

Depuis que j’ai commencé, j’utilise principalement des logiciels avec des effets ajoutés en externe. Récemment j’ai ajouté un petit système modulaire que j’utilise quand je joue en live. À notre époque, je ne pourrais pas faire de musique sans mon ordinateur.

You perform live next Thursday, what type of gear do you use and what have you started with ? And what is the hardware you can’t do without ?

Since I started, I basically use software with some external processing effects. I recently added a small modular system which I actually use when I play Live sets. Nowadays I couldn’t do music without my computer.


IB: 2017 marque un grand tournant pour toi avec la sortie de ton premier album “Temptation Thourgh Impatience”. Est-ce que le fait d’avoir emménagé à Berlin t’a influencé dans ta musique ? Quelle a été ta source d’inspiration et de motivation pour ce nouveau projet ?

J’y vis depuis pratiquement cinq ans et je ne saurais pas vraiment dire en quoi cela a influencé ma musique. Le fait d’être baigné dans tant de culture est très inspirant. Aussi, les hivers sont froids ici et je les passe en studio à composer beaucoup de musique. Ce qui m’a inspiré pour le début de mon album c’était un livre du 15eme siècle qui donnait des idées sur comment mourir d’une bonne façon… Ce livre s’appelle Ars Moriendi (l’Art du Décès ndlr.)

IB: 2017 marks a great turning point for you with the release of your first LP under this alias, « Temptation Thourgh Impatience ». Has to moving to Berlin influenced you in your music ? What was your inspiration and motivation for this new project ?

I live here for almost 5 years and I would not know very well how it affected my music. The fact of being surrounded by so many cultural things is very inspiring. Also the winters are hard and I spend them in the studio doing a lot of music. The inspiration for my album debut was a 15th century book giving clues on how to die well.. That book is called Ars Moriendi.


IB: pourrais-tu nous décrire une journée typique de production ? Quel logiciel utilises-tu ?

En général je me lève tôt le matin et je passe presque toute la journée en studio. J’utilise Ableton Live depuis des années.

IB: could you describe us a typical production day ? What DAW do you use ?

I normally wake up early in the morning and I spend almost the whole day in the studio. I use Ableton Live from many years ago.


IB: ce nouvel album semble être dans la continuité de tes travaux précédents avec de nombreuses références à la spiritualité, la religion. Je pense notamment à la façon dont sont nommées certaines tracks “Lack of Faith”, “Spiritual Pride” ou encore “The Search for Identity”. Quel est ton rapport à ces deux thèmes qui semblent guider ta musique ?

Je ne suis pas quelqu’un de croyant. J’ai toujours été choquée de la façon dont, par le passé, certains pouvoirs (ici l’église catholique pour n’en nommer qu’un) ont tenté d’avoir de l’emprise sur la vie des gens à tous les niveaux. Cela créait une contradiction puisqu’en réalité, la religion n’est que parallèle à la vie. Ces contradictions ou situations sont celles qui sont le fil conducteur de mon travail pour le label.

IB: this new album seems to be in the continuity of your previous works with many references to spirituality and religion. I am especially thinking of how some tracks are called “Lack of Faith”, “Spiritual Pride” or “The Search for Identity”. What is your relationship to these two themes which seem to guide your music?

I am not a spiritual person. I have always been struck by the way in which, in the past, some powers, in this case the Catholic Church to name one, have tried to influence people in all aspects of their lives, creating contradictions in his way of acting in parallel in other aspects. Those contradictions or situations are the ones that are the guiding thread in my label work.


IB: tout le monde semble très impatient de ta venue à Paris le 22 juin, si tu devais donner 3 sons à ton public pour patienter encore un peu ?

Everyone is very impatient to see you play in Paris on June 22, if you had to give 3 tracks to your public to wait a little longer what would they be ?


Impatience



Spiritual Pride



HOGII



IB: pour finir, As-tu déjà d’autres projets dont tu voudrais nous parler ? 

Il y a une nouvelle sortie sur Falling Ethics prévue pour la semaine prochaine, le 30juin. Ça s’appelle “power of lust”. Elle figure sur l’EP Split que j’ai composé avec Tensal dont je suis très contente: ce n’est pas un “EP Techno” classique.

IB: finally, do you have any other projects you would like to talk about?

A new Falling Ethics release is coming out next week on June 30th. It’s called “Power Of Lust”. Split EP from Tensal & me which I am very happy with. It’s not the tipical “Techno Ep”.


Rendez -vous jeudi aux Nuits Fauves !

 

traduction © Sarah Benedyczuk

%d blogueurs aiment cette page :