Nous voulions absolument assister à cette 4ème édition du Macki Music Festival : un open air, du soleil, de l’amour, des paillettes, de la bonne musique, c’était tout ce qu’on voulait. Retour sur un week end de folie !


Jour 1 – 11h


Sous une pluie diluvienne on peut déjà apercevoir des visages pailletés et souriants. La croisière ça moule s’apprête à prendre le large pour 4h de navigation endiablée. Otto 10 n’a plus à faire ses preuves, chaque matelot sort plus motivé que jamais pour la suite des événements.

La croisière ça moule – © Rémy Golinelli – Videographer

L’attente a l’entrée fait monter l’excitation et la faim ! Une fois les fauves lâchés dans l’enceinte du festival, nous courrons direction les food truck, pour déguster d’excellents cheese burger afin d’attaquer ce premier jour ! Petit tour des lieux, nous tombons sur notre péché mignon : une friperie… petit clin d’oeil au responsable de cette malle au trésor!

Nadia Rose – © Rémy Golinelli – Videographer

Même si notre cher et tendre Camion Bazar s’apprête à faire le show pendant 6h, nous ne pouvons contenir notre envie d’aller y faire un tour… L’ambiance est tout de suite enivrante et nous y restons, comme suspendu dans le temps. Nous décidons d’honorer les vingt ans du label Rush Hour et de se laisser prendre par la house entrainante du duo Antal et Hunee ! Et comme on le sait, on ne fête pas un anniversaire sans gâteau, une fois les bougies soufflées : la foule est en délire ! Ni une ni deux nous décidons de retourner s’exiler au Camion Bazar… c’était compter sur le flow incontesté de Nadia Rose, nous restons bouche bée devant son déhanché et sa présence sur scène.

Avant de se (re)diriger vers le bateau, nous découvrons avec joie Soichi Terada et sa folie sans limite ! La croisère toujours aussi déjantée nous dépose à Paris au beau milieu de la nuit.

Soichi Terada – © Rémy Golinelli – Videographer

End of the day…


Jour 2, point de bateau… besoin de repos !


Folamour nous délivre un set house qui nous met tout de suite dans l’ambiance. Ensuite traversée du globe pour nous retrouver en Australie avec Mall Grab qui nous lance un véritable appel à la danse. Puis changement d’ambiance avec Los Wembler’s De Iquitos et leur cumbia amazonienne qui font briller encore plus fort le soleil sur la scène 1 !

A peine les premières notes du titre « Du son pour les gars sur » retentissent, nous nous précipitons pour voir aller voir Mézigue, le grand fou de D.KO Records. Au final légère déception pour nous, car même s’il arrive sans soucis à faire danser le public et à capter son attention, son penchant pour la drum’n’bass ne nous séduit pas.

Du coup direction notre cher et tendre Camion Bazar pour faire la fête comme on l’aime, déjantée, pleine d’amour et de bonne humeur. Des bougies sont une fois de plus à souffler aujourd’hui, cette fois-ci c’est l’anniversaire de Romain Play que nous fêtons. Petite pause à côté des pédalos et à notre retour surprise, la moitié de la foule, fille comme garçon, à fait tomber le t-shirt et se retrouve torse nu à danser à côté du camion.

© Rémy Golinelli – Videographer

Pour finir en beauté, le duo organisateur du festival, la Mamie’s et Cracki Records, termine en beauté ce week end et enflamme une dernière fois le dance floor.

Mais pour nous ce n’est pas encore fini, let’s take the boat again avec Nico 100 Coins et Silencio pour un after de folie qui nous ramène gentillement (ou pas) à Paris.


C’est sur l’année prochaine on y retourne !

Article rédigé par Pauline Ducollet et Marine Hocquet

%d blogueurs aiment cette page :