Alors que la 13ème édition du Cabaret Vert s’apprête à démarrer le 24 août prochain, nous avons posé quelques questions à leur responsable développement durable pour parler de la démarche éco-responsable qui englobe le festival made in Ardennes dans tous ses aspects.


ItinéraireBis : Pourriez-vous vous présenter en quelques mots ?

Je suis responsable de toutes les actions développement durable et qualité sur le festival du Cabaret Vert.


IB : En quoi consiste vos missions ?

Elles consistent à coordonner les différents pôles qui travaillent sur le festival autour des actions développement durable. On est plusieurs pôles à travailler par exemple sur la gestion des déchets, la collecte, le tri, toute la prévention de sensibilisation de développement durable, toutes les démarches de qualité que nous mettons en place en interne dans l’organisation mais aussi en externe pour les festivaliers.

Nous coordonnons une petite dizaine de pôles de bénévoles avec plus de 2000 bénévoles qui nous aident. Tout au long de l’année, il s’agit de réfléchir au programme d’action, trouver des partenaires, monter des projets et des budgets et aussi de participer à différents groupes de travail.


IB : En quoi l’impact écologique est-il important pour le Cabaret Vert ? Comment évolue-t-il au fil des éditions ?

Dès que le festival a commencé à s’écrire, quand l’association s’est créée en 2003, il était évident pour les fondateurs que le festival devait être respectueux et engagé en matière d’écologie afin de limiter au maximum son impact sur l’environnement du site. Nous sommes en plein centre ville, sur un site sauvegardé, il était donc indispensable pour nous de faire en sorte que le festival soit le plus propre possible.

À l’époque du démarrage du Cabaret Vert, il fallait que nous prouvions que nous étions capables d’utiliser un site et de le rendre propre, montrer que nous n’étions pas que des jeunes rockeurs assoiffés de bières (rires). Au bout de quatre ou cinq années, nous avons vraiment commencé à aborder la dimension DD, nous avons mené notre première étude d’impact économique en 2010, à s’intéresser au développement social, à travailler des thématiques de sensibilisation et de prévention. Cela s’est fait en plusieurs étapes, même si le coeur de nos actions, la partie émergée de l’iceberg pour les festivaliers, demeure toutes les actions environnementales comme la réduction des déchets.


Nous demandons à nos stands de se fournir exclusivement auprès de producteurs locaux, de respecter les consignes de tri.


IB : On sait qu’il n’est pas évident de convaincre le public festivalier de s’impliquer dans ce DD, comment faites-vous pour ne pas rendre la dimension écologique du festival moralisatrice ?

Dès le démarrage, nous ne voulions absolument pas se positionner comme moralisateurs ou défaitistes. Le Cabaret Vert reste un festival, un moment festif où nous aimons nous retrouver et participer à une fête donc nous cherchons plutôt à inciter les festivaliers à être acteurs notamment avec le tri, c’est pour cela que nous n’utilisons pas de gobelets réutilisables. Nous voulons que les festivaliers participent en jetant ces gobelets dans des poubelles destinées au traitement de ces déchets. Nous souhaitons les rendre actifs par exemple avec notre espace qui s’appelle l’IDéal, qui est un lieu avec des ateliers, des rencontres et des conférences pour leur donner la parole.

Nous développons aussi des nouveaux services chaque année, nous avons par exemple depuis quelques années une équipe qui s’appelle les IOP (indicateurs opérationnels de propreté), ce sont des bénévoles qui circulent sur le festival pour mesurer à différents endroits les taux de déchets afin de faire un suivi de l’état de propreté du site mais également pour mesurer les files d’attentes. Cela nous permet d’améliorer les services et d’expliquer aux festivaliers que le DD est aussi quelque chose de bienveillant pour eux.

Nous insistons beaucoup pour dire que le DD n’est pas que de la contrainte, c’est aussi de l’amélioration et un gage de qualité, notamment au niveau de la restauration que nous cherchons à rendre également plus durable. Nous demandons à nos stands de se fournir exclusivement auprès de producteurs locaux, de respecter les consignes de tri. Sur le long terme, nous aimerions une équipe consacrée à ces stands pour être dans la prévention.


IB : En est-il de même pour les artistes ? participent-ils eux aussi ?

Je sais qu’il y a beaucoup de mythes et d’espérance la-dessus mais je pense qu’une très grande majorité d’artistes programmés chez nous ne viennent pas parce qu’on est engagés pour le DD. Bien évidemment, certains y sont sensibles, ils comprennent nos engagements. Par exemple au niveau des loges et de l’accueil artistique, ils constatent que nous privilégions les produits locaux et que nous respectons le tri. Nous avons plus de facilité à établir un dialogue avec les festivaliers qu’avec les artistes qui ne restent pas aussi longtemps.


Nous lançons cette année un appel d’offre pour une étude socio-économique transfrontalière à travers les 11 partenaires, qui va toucher un territoire assez vaste allant de Charleville-Mézières jusque Dunkerque.


IB : Est-ce que vous pourriez nous parler des nouveautés de cette année ?

Cette année, notre village associatif, qui existe depuis le début, change un peu de peau et devient l’IDéal, un espace qui va être tourné vers l’économie sociale et solidaire, les innovations autrement dit les grands sujets sociétaux de notre époque. Nous allons avoir trois grandes thématiques qui vont animer cet espace autour des énergies renouvelables, des espaces habités pour discuter du lien entre le milieu rural et le milieu urbain, ce qui concerne durement les Ardennes et nous allons également parler des mécanismes des films solidaires.

Pendant trois jours, il y aura des invités, des ateliers et des conférences. Nous aurons en fil rouge, le Hackathon qui est un concours autour de l’encodage. Six équipes vont s’enfermer et programmer pendant quatre jours et à l’issu de ces quatre jours, nous désignerons un vainqueur qui aura proposé une application ou un logiciel que nous pourrons développer pour le festival. Le but étant de proposer un outil qui améliore la vie des festivaliers ou l’organisation du festival.

En ce qui concerne DEMO, c’est un programme plus ambitieux, un projet de coopération transfrontalière de quatre ans ayant démarré l’an dernier et qui durera jusque 2020. Nous travaillons avec 10 autres partenaires français et belges sur des actions de DD et de culture. Nous lançons cette année un appel d’offre pour une étude socio-économique transfrontalière à travers les 11 partenaires, qui va toucher un territoire assez vaste allant de Charleville-Mézières jusque Dunkerque.

Depuis plus d’un an, nous travaillons aussi beaucoup sur la notion de charte et de référentiel commun, nous mettons en place des systèmes de récupération de données à travers différents événements. Pour le Cabaret Vert cette année et grâce à DEMO, nous avons travaillé avec un éco-designer et une classe du lycée professionnel Bazin à Charlevilles-Mézières à la création de nouveaux points de tri, que nous allons pouvoir partager avec nos partenaires de DEMO. Ces points de tri ont été pensés à partir de matériaux recyclés, nous avons pris en compte les notions de stockage et de transport pour que ce soit des outils polyvalents qui puissent être adaptés à différents types d’événements. Nous avons réfléchi sur l’objet poubelle, si c’est un simple objet de tri, un objet multi-services, s’il peut être intégrer dans l’esthétique d’un événement, etc.


IB : Pour terminer, vous optimisez beaucoup sur le local dans le festival…

Nous avons la chance d’être dans les Ardennes et donc d’avoir un patrimoine gastronomique intéressant notamment avec les bières. Nous avons travaillé avec des associations pour privilégier les acteurs locaux sur les stands. Il y aura plus de quarante bières différentes sur le festival, qui sont issues de brasseries locales. Nous avons en plus une buvette qui ne propose que des bières provenant de micro brasseries, avec une carte qui change tous les jours proposant 16 bières différentes sur cette buvette.

Sur la restauration, nous avons une centaine de plats différents, avec notamment de la « street food » mise à la sauce ardennaise. Au niveau des prix, la bière de base est à 2,50 euros, la bière « trappiste » à 3,50 euros et un plat moyen sera à 6 euros.


Retrouvez toute la programmation musicale du Cabaret Vert ici, ainsi que le programmation BD, Arts de rue et cinéma.