L’équipe ItinéraireBis revient un mois après sur l’Oasis Festival à Marrakech dans le splendide hôtel The Source, à environ trente minutes du centre, où se déroulait le festival durant quatre jours, du 14 au 17 septembre.

C’est donc avec grand plaisir que je vous fait part une nouvelle fois de mon expérience. Au petit matin, nous nous dirigions, mes ami(e)s et moi, vers l’une des villes les plus connues du Maroc: Marrakech. Avec une température de 37 degrés à l’ombre, le thermomètre nous dévoilait déjà un weekend plus qu’ensoleillé qui s’annonçait.

Cette nouvelle édition met en avant de nombreuses têtes d’affiche. Tout d’abord le 14 septembre, quatre artistes ont assuré un pré-opening aux côtés de Solomun. Il y avait le dj Amine k, qui était présent pour représenter l’électro marocaine; ensuite un b2b entre Kenny Glasgow et My Favorite Robot, qui s’est poursuivi également avec Karmon. Enfin, Solomun s’est occupé de clôturer ce pré-opening en prolongeant généreusement et sans complexe son set sur une durée de huit heures. Ce fut une belle mise en bouche pour débuter ce weekend avec un large panel de dégustation musicale.

Durant les trois jours du Festival, les têtes d’affiche se sont partagées la scène avec une trentaine de noms. Parmis eux: Anja Schneider, Moodyman, Kink, Charlotte de Witte, Karenn (live) , Daniel Avery, Henrik Schwarz Jesse Rose present Black Rose sans oublier le fabuleux duo Modeselektor (Dj set), Agents of Time (live), Call Super, Dj Stingray, Dr Rubinstein, Patrice Baumel, Marcellus Pittman, Pantha du Prince, Shed, Willow, Jackmaster b2b Axel Boman.

C’est au cours de la journée du 15 septembre que nous avons pu y apercevoir Kink et son célèbre live toujours aussi surprenant. Dans la foulée, nous nous sommes retrouvés confronter à Richie Hawtin, connu aussi sous le pseudo de Plastikman, grand pionnier de la musique électronique et une des figures de la scène techno, proposant bien évidemment un set rythmé et purement énergique. Juste à la suite s’est produit le fabuleux duo techno Karenn (live), formé par Arthur Cayser et Jamie Roberts, connus plus précisément sous les pseudos de Blawan & Pariah. Ils ont offert à leur public un set progressif et expérimental touchant chaque personne d’une douce mélancolie et qui, selon moi, fut le set le plus transperçant et prenant du Festival.

Le même soir, nous avons pu également apprécier Marcel Dettman en clôture de ce premier jour. Dj résident du club Le Berghain à Berlin, Dettman à mis en avant un set techno aux sonorités berlinoises.

Le 16 septembre, nous débutons auprès de la belle et talentueuse Charlotte De Witte avec une douce progression tout en maintenant une agressivité autour de ses kicks.

Ensuite, le petit prince de la scène techno contemporaine: Daniel Avery a composé jusqu’à la fin et du bout des doigts un set hypnotique. Le DJ tant attendu par la foule fut Maceo Plex, artiste de musique électronique d’origine cubaine mais connu sous le nom de Maetric à ses débuts. Malheureusement, l’artiste n’a pas pu se rendre au Festival… c’est donc avec grand plaisir que Nicolas Jaar a proposé en replacement un set de deux heures mêlant house et influences héritées du jazz et de la soul.

Au même moment se produisait Call Super, mettant à l’écoute un set plus que poétique, tout en précédant la douce et agressive Dr Rubinstein qui, avec la plus grande des surprises, a joué durant plus de 3h30 entremêlant techno et tracks acidulés qui, de toute évidence, a laissé tout le monde d’accord.

Le 17 septembre, nous avons doucement entamé notre soirée auprès de Jeremy Underground qui a offert à son public un mélange de jazz, house et disco.

Nous avions comme une envie de vivre notre propre soirée au maximum sans y perdre une miette car nous étions conscient que ce merveilleux festival allait bientôt s’achevé. Le dernier jour, les festivaliers, tout aussi volontaires et accro à l’envie de faire la fête dans cet joli Oasis, se sont rendus avec la plus grande excitation devant le b2b légendaire entre Henrik Schwarz et Jack Rose present Black Rose. Présents dans cette petite scène en forme de cercle, créant entre nous une atmosphère chaleureuse, ce set fut selon moi le plus joyeux. En favorisant la rencontre des festivaliers mais surtout en maintenant cette ambiance particulière qui permettait de s’unir autour d’une danse.

La soirée n’est donc heureusement pas terminée, nous nous dirigons vers Jackmaster b2b Axel Boman qui ont clôturé ce doux week end de festivités en nous entraînant au fur et à mesure des tracks dans une certaine euphorie des plus appréciables. Le public fut lancé dans une danse sans répit, inondé de cette fumée colorée grâce à de nombreux éclairages, flottante entre chaque visage et heureux d’être unis par le même plaisir : la musique.

Au fil des jours, nous avons pu découvrir dans l’enceinte du festival, une grande diversité culinaire proposant à la fois des plats locaux, tel que les briouates, mais également des fast food proposant pour notre plus grand plaisir d’excellents hot dog, des smoothies avec des produits frais ou bien même des bars offrant des granolas.

Nous n’avons pas pu passer à côté de la beauté de cet endroit composé de deux scènes, dont la principale fut accompagnée d’une immense piscine où flottait de nombreuses bouées en forme de donuts. Pour la clientèle la plus euphorique, il était possible parfois d’y piquer une tête. Pour la seconde scène en forme de cercle, plus intimiste mais d’autant plus appréciable pour la diversité de sa musique, une atmosphère particulièrement dansante a réuni la plupart des festivaliers qui se méconnaissent. On pouvait également apprécier au loin la bonne énergie de la sécurité qui s’est prêtée assez rapidement à l’envie de partager ce moment avec nous.

En résumé, il est important de souligner l’excellent travail des organisateurs qui a permis pour nombreux d’entre nous de passer un excellent weekend. Nous retiendrons principalement la bonne énergie qui a pu se faire sentir de scène en scène et ainsi nous procurer un bonheur ultime. Je vous donne donc rendez vous l’année prochaine.