Le Name, c’est depuis quelques années une des valeurs sûres de la scène techno en Nord de France. Et pour sa 13ème édition, les organisateurs de Art point M aka Family Name n’ont encore pas lésiné sur les moyens tant au niveau de la programmation que de la scénographie afin d’assouvir notre soif de musique !

Vol piqué vers la Warehouse de la condition publique à Roubaix, une salle aux accents industriels choisie avec justesse pour l’événement. 
Justesse car c’est un lieu parfait pour y accueillir ce type de soirée malgré que la quantité de personnes y soit limitée et que les places se soient arrachées rapidement par les chanceux festivaliers.

C’est donc parti pour plus de 20 heures de techno sur 3 jours !

Crédits photos : Thomas Godart


Vendredi soir


Cʼest ainsi que débute le premier soir de cette édition qui sʼannonce comme lʼune des toutes meilleures. Ils nous l’avaient promis, cette année sera à marquer dʼune pierre blanche avec une programmation 4 étoiles comptant parmi ses membres les ténors Laurent Garnier, Len faki, Rodhad, Ellen Allien, Jennifer Cardini ou encore un b2b expérimental avec Âme to Âme.

C’est avec un pouls avoisinant les 180 bpm que nous trépignons d’impatience.
Un premier set très convainquant de Tijana T aux sonorités variées, house et techno ambient bien dansantes. Dans le même temps, un passage remarqué du duo Mainro – HAP avec des titres minimals claquants et super rythmés comme on aime. L’échauffement a bien porté ses fruits nous sommes désormais préparé à monter dans les tours.. car il y a de quoi faire !!

Ellen Allien aux commandes de ce troisième set.. Un moment qu’il ne fallait surtout pas rater ! La berlinoise était en pleine forme pour un warmup mémorable, grâce à une alliance techno – progressive- acid – parfaitement exécutée et très lourde de surcroît ! Rien de plus parlant qu’une vidéo de sa performance ici :

Continuons dans la série des allemands qui n’ont pas le temps pour les politesses avec le viking Rødhad à la suite. Autant vous dire que la continuité valait le coup. L’artiste nous a sorti des sons purs et durs dont 4 missiles provenant de son nouvel EP Anxious dont le remix explosif de Donato Dozzy « kinder der ringwelt ».
Un style profond, puissant et mélancolique qui a su emporter la foule pendant près de 2h.

A noter que tout cela était appuyé de visuels extrêmement bien produits, un grand bravo à la scénographie pour ces scènes aux écrans immenses nous plongeant dans des univers toujours plus démentiels.

Un tour à présent du côté du b2b Âme to Âme.
Prestation très intéressante avec une gamme de sons très percutants tel que :

L’accueil du public pour ce duo de choc était des plus chaleureux.

Les b2b sont toujours une occasion de découvrir de nouvelles sensibilités sonores auprès des Djs, avec des titres inconnus qui nous changent des prestations individuelles un peu rébarbatives parfois …

Place désormais à la dernière partie de soirée, et non pas des moindres avec un dilemme encore non résolu pour certains, aller voir Laurent Garnier ou Len Faki… de 04h à 06h il fallait puiser dans ses ressources pour suivre la cadence proposée par ces deux messieurs.

De la techno lourde et jolie comme le marbre avec Len Faki que nous sommes allés écouter en premier (il en fallait bien un !). Le Dj n’a aucun état d’âme ! et se livre à un set d’exception bien dark, cinglant de claps avoisinant les 135-140 bpm par moment.

À écouter à fond bien sûr :

Le temps de se remettre de nos émotions et d’avoir replacé nos tympans, c’est reparti pour le closing de notre Laurent national, adoubé de la légion d’honneur il y a peu.

Sa réputation le précède, on peut avoir des doutes mais il ne déçoit JA-MAIS. Des tournées qui s’enchaînent et aucune frustration à son égard, ce mec nous comble à chaque fois. Un closing 10 sur 10, des sourires partout, une chaleur écrasante et une communion comme on voit peu.

Crédits photos : Jacob Khrist

Première soirée et nous sommes déjà conquis ! Des images et de bonnes musiques plein la tête, c’est tout de même avec les oreilles qui sifflent bien, que nous allons « dormir » avant la reprise du marathon.


Samedi


Pas de répit pour l’équipage ! C’est reparti pour ce samedi où le rendez-vous n’est pas à la Main stage de Roubaix mais dans d’autres lieux bien spécifiques. Le Name s’est associé à pas moins de 13 établissements pour donner de la techno à profusion dans la ville (le baron, la releve, le café OZ, le Polygon, la gare St Sauveur, le Tripostal et bien d’autres.. ! Des lieux connus qui ont largement contribués au succès de cette édition du festival.

Nous sommes allés voir Arnaud Rebotini en live set au café OZ. Endroit bien connu du vieux Lille, les habitants ont été très nombreux à vouloir écouter les rythmes endiablés au synthé d’un des barons de la Frenchtouch. Ce fut de nouveau une performance de qualité, avec un live assez improvisé qui laissait place à de bonnes ambiances. Peut-être un peu trop de monde et un son qui grésillait légèrement mais pas de quoi nous décevoir au final.


Dimanche


Pour certains c’est le jour du seigneur et de la tranquillité… Nous on préfère le jour de la techno et de la déter dominicale. Afin d’achever comme il se doit cette épopée électronique, retour dans l’ancienne fabrique accueillant les artistes Kasper Marott, apm001, Recondite et Dixon de 15h a 22h. Une affiche à faire oublier les crampes dans les jambes mais qui promet un lundi encore plus complexe à gérer…

Nous retiendrons le passage remarque d’apm001 qui jouait à domicile et nous a bien régalé avec des sons House et Acid-House bien débridés et un Recondite qui est resté dans son jardin de prédilection (comme à son habitude), pas ou peu de découvertes mais beaucoup de maîtrise.

NAME festival, retenez ce nom que nous recommandons en tous point à tout le monde. Il était vraiment temps de retourner à la base afin de se remettre de cette expédition bien passionnante. Prochain rendez-vous dans quelques mois, pour la 14eme édition avec la conviction d’un week-end bien rempli. A très vite pour de nouvelles aventures avec la team qui vous fait voyager !